Saint Cœur de Marie : Qui sommes-nous ?

La Congrégation des Filles du Saint Cœur de Marie a pour charisme spécifique de

« Travailler à l’évangélisation en profondeur du peuple noir et particulièrement de la femme, ayant pour base l’amour de Dieu, l’esprit de foi, la prière et le sens du sacrifice » (règle de vie, n°6).

Notre charisme est donc l’Evangélisation en ayant une attention particulière à la femme. Pour vivre ce charisme, notre Père Fondateur Monseigneur Aloys KOBES, nous donne les moyens dans sa lettre à la Propagande de la Foi en juillet 1862 : Travailler à la conversion des noirs d’Afrique, par la prière, la pénitence, les œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles.

Le premier pôle de notre Apostolat est d’ordre spirituel, car la première activité de la Fille du Saint Cœur de Marie est la prière. « Si occupée que nous soyons par des travaux professionnels ou apostoliques, nous préservons à tout prix des temps forts de prière, gage de notre force, de notre vitalité et de notre efficacité apostolique » (règle de vie n°72). Cette vie de prière est la source où nous puisons notre dynamisme apostolique.

Cependant, la prière n’est authentique que si elle devient conversion au quotidien. Ainsi la pénitence, comme conversion, ascèse, sacrifice et oblation totale de la personne suit naturellement la vie de prière ; accompagne et donne fécondité à notre apostolat. La Fille du Saint Cœur de Marie est ainsi appelée à s’évangéliser avant d’évangéliser. S’évangéliser dans l’écoute de la parole de Dieu, la conversion permanente, l’esprit de foi, d’amour de Dieu et du prochain. Cet amour qualité essentielle du Cœur de Marie, est le but principal de nos activités apostoliques, et ce premier pôle de notre apostolat qu’est la prière, la pénitence, la conversion permanente, l’esprit de foi nous y conduit.

Le deuxième pôle nous permet aussi d’expérimenter comme Filles du Saint Cœur de Marie, les exigences de l’amour au quotidien. Ce pôle constitue ce que notre Père fondateur appelle les œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles.
Qu’entend-on par œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles ?
Le catéchisme de Pie X, utilisé dans l’Eglise universelle de l’époque nous en donne le sens et les spécifient comme suit :

Les œuvres de miséricorde corporelle sont : donner à manger à ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, abriter les étrangers, visiter les infirmes, visiter les prisonniers, ensevelir les morts.
Les œuvres de miséricorde spirituelle sont : conseiller ceux qui en ont besoin, instruire les ignorants, exhorter les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, prier pour les vivants et les morts.

Ces œuvres sont donc l’ensemble des actes de charité envers le prochain en vue du bien de son âme (œuvre de miséricorde spirituelle) ou de son corps (œuvre de miséricorde corporelle).

La Fille du Saint Cœur de Marie, dans son apostolat est donc appelée à soigner le corps et l’âme. C’est dans cette visée évangélique que les Filles du Saint Cœur de Marie, ont compris dés les origines, que leur charisme les appelait à s’engager dans tout ce qui promeut la dignité de l’homme, une route vers Dieu. Comme Marie à Cana, elle doit se mettre du côté des plus démunis, lutter pour que soit préservée la dignité de l’homme, de même que les valeurs de la vie.

Rencontrer l’homme, annoncer l’évangile, semer l’amour, être porteuse de vie en tant que femmes consacrées voilà notre mission.

Cette mission se réalise à travers nos activités multiples et multiformes. Parmi elles, on peut citer :

  • La catéchèse
  • La pastorale : mouvements de jeunesse, communautés de base, visite des familles, des prisonniers, écoute et accompagnement….
  • La promotion féminine : centres de formation, internats, groupements féminins, associations….
  • L’éducation à travers les écoles, l’enseignement, les orphelinats
  • La santé
  • Les services généraux : secrétariat, gestion…